21 mai, 2020

Dhâranâ, La concentration dans le yoga pour améliorer son quotidien personnel et professionnel

A une époque où les stimulations visuelles, sonores, olfactives... sont si nombreuses, est-on encore capable de se concentrer ou de porter de l’attention à quelque chose, à quelqu’un, ou à une situation, dans la durée ?

Quel intérêt y a-t-il à se poser de telles questions ?

L’attention détermine notre vie mentale car selon l’attention que l’on porte aux personnes, aux situations et aux choses, on les perçoit différemment. Ainsi, apprendre à faire attention et à se concentrer s’est reprendre le contrôle de notre vie mentale. Apprendre à se concentrer détermine les relations que nous avons avec les choses, les situations et bien sûr les personnes.

La science nous dit que l’attention repose sur différentes régions du cerveau et regroupe plusieurs processus : le mécanisme de prise de conscience par l’esprit ; la capacité à sélectionner ; la capacité à voir ce qui nous entoure et ce qui est en nous (exemple, nos pensées).

Dans le nâtha-yoga, la concentration est une étape importante, qui amène aux états méditatifs. « Dhâranâ », la concentration, vient de la racine sanskrite dhâr qui signifie tenir fermement, retenir, soutenir, porter, supporter. Il s’agit donc d’être capable d’occuper le mental avec une seule chose pendant un temps donné, ou encore d’être pleinement conscient de ce que l’on est en train de faire pendant qu’on le fait.

Découvrez tous les avantages de la concentration …


Pourquoi se concentrer ?

Parce ce que, dans notre quotidien, on est tous soumis aux distractions et aux situations de la vie qui font que nous allons d’un geste à un autre, d’une chose à une autre un peu machinalement, sans réelle présence ni conscience à ce que l’on fait, pense, ou ressent. On passe d’un sms à un email, d’une conversation à une autre, d’un programme télé à un autre. Au bout du compte, que sommes-nous capables de retenir lorsque l’attention est instable et que nous sommes dispersé ? Où est passé l’essentiel ? Qu’avons-nous dit ou pensé ? Qu’avons-nous fait de notre journée ? … puis… de notre vie ? Or, l’attention que l’on porte à chaque instant, détermine la qualité et la saveur notre vie.

Dans un premier temps se concentrer est donc un antidote à la dispersion, à l’agitation mais aussi à l’instabilité, au manque d’efficacité. Les techniques de concentrations sont également très bénéfiques pour les gens émotifs, stressés et angoissés ou dans un mal être indéfinissable qui au fil du temps créée du stress et de l’angoisse. Ces techniques ont également un réel intérêt pour ceux qui utilisent fréquemment leurs facultés cérébrales et intellectuelles, car elles permettent de réguler ( ?) la pensée qui parfois sature dans ce genre d’activité cérébrale. Ceci concerne le physiologique et les fonctionnements mentaux et admettons que le recentrage de la pensée ça peut quand même aider !

Mais si les techniques de concentration sont profondément calmantes, apaisantes, elles inclinent aussi au recul personnel. Elles nous relient intimement au silence et à l’immobilité qui sont les seuls espaces où il est réellement possible de se rencontrer et de se recharger. Donc dhâranâ est une étape importante, voire une des plus essentielle, pour la voie du nâtha-yoga car, par la concentration, il est possible d’aboutir à la méditation et à l’état intuitif direct, c'est-à-dire un état de bonheur, de plénitude, de saveur. …

Un beau programme n’est-ce pas (chut, je vous en dirais plus bientôt sur le sujet…). Revenons à la concentration et voyons qu’est-ce que la concentration ?

Qu'est-ce que la concentration

Qu’est-ce que la concentration ?

La concentration est un exercice mental au même titre que les postures sont des exercices physiques. S’il est possible d’entraîner le corps (voir notre article sur "Asana : les postures corporelles"), et de maîtriser le souffle (voir notre article "Le pranayama, la science du souffle"), il est également possible de contrôler la pensée. Se souvient-on de toutes nos pensées à la fin d’une journée? Savez-vous qu’au cours des 12 dernières heures qui viennent de passer, vous avez pensé pendant 12 h ? Mais au bout du compte, qu’en avez-vous retenu ? Voyez à quel point il s’agit d’un processus automatique, machinal et donc inconscient ! Et quand on sait qu’on est ce que l’on pense, imaginez donc ce que l’on peut devenir, selon qu’on maîtrise ou pas nos pensées !

En changeant certains processus et en modifiant certains contenus, les techniques de concentrations proposées dans le nâtha yoga permettent de maîtriser la pensée de façon à abandonner tous les fonctionnements mécaniques, à développer et à installer un état de paix et d’harmonie intérieur au niveau mental.

Comment se concentrer

Comment se concentrer ?

Idéalement la concentration consiste à fixer son attention et à la maintenir sur une chose et une seule. Mais ce n’est pas chose aisée car dans la réalité, même si on ne s’en rend pas compte, il y a toujours une oscillation, un mouvement même léger de la pensée qui, dans le temps, nous conduit, nous pousse, à détourner notre attention vers autre(s) chose(s), vers d’autres pensées. Pour éviter cela, les techniques de concentration se structurent autour de plusieurs éléments qui ont pour but d’amener à l’immobilité.

Ainsi la concentration est une procédure mentale qui consiste à stabiliser les énergies intérieures en mettant en place certaines attitudes du corps, par exemple en étirant la colonne vertébrale droite, en contractant l’anus, en adoptant un geste précis au niveau des mains, de la langue, ou une fixation oculaire bien convergente Ceci va « titiller » les énergies mentales directement en rapport avec les processus de la pensées, principalement celles de la dispersion et de l’instabilité . Ces énergies en s’éveillant vont aider à générer dans la pensée tout ce qu’il faut pour que la concentration s’installe de façon harmonieuse. Tous les gestes mis en place, toutes les attitudes, toutes les positions du corps conduisent alors vers un sentiment d’immobilité : immobilité du corps, immobilité du souffle et immobilité de la pensée. Ainsi, quelque soit le thème ou le support de la concentration, qu’il s’agisse d’un thème ou d’un support intérieur ou extérieur, la concentration est donc une pratique d’immobilité, d’unité et de sensation (ou perception) de l’instant.

Avec la répétition régulière de séances de concentration la stabilité de la pensée et le lâcher prise vont s’imprimer en soi de façon durables. Une nouvelle modalité d’être dans le quotidien, moins agité, plus détendue, plus savoureuse va s’installer et devenir naturelle.

Quels supports pour se concentrer

Quels supports de concentration ?

Pour arriver à l’immobilité, à l’unité et, à la stabilité mentale, différents types de supports de concentration sont utilisés. Certains porteront sur le souffle, d’autres sur un point extérieur (flamme d’une bougie, point sur une feuille, figures géométriques ou yantra, son, …), ou sur un point intérieur, ou sur des sons, …

Les concentrations liées aux sons, à la vue ainsi que celles en rapport avec la sensation du toucher sont les plus importantes.

Prêt pour un essai ? Asseyez-vous dans une posture confortable qui vous permette d’avoir la colonne vertébrale bien droite. Serrez l’anus, si vous connaissez cela correspond à mula-bandha. Posez le dos des mains sur les genoux tout en joignant les pouces et les index. Les autres doigts sont tendus. C’est le geste de la sagesse. Vous pouvez faire pareil avec les doigts mais en appuyant les paumes des mains sur les genoux. Fermez les yeux, positionnez votre regard au milieu du front et concentrez votre attention sur un point dans chaque oreille tout en ayant une impression tactile intérieure, comme si vous pouviez toucher un point dans chaque oreille. Imaginez qu’un espace, un peu comme un « tuyau » relie ces 2 points. Là essayez juste d’écouter un son entre les deux oreilles, c’est le son que l’on entend souvent la nuit quand il n’y a plus de bruit, on l’appelle le son du silence ou le son intérieur. Découvrez comment votre souffle ralentit, fusionne avec le son dans ce tuyau. Voyez comme plus rien ne bouge dans le corps et savourez l’état d’unité, d’immobilité produit par ce son qui empli la tête. Si vous ne l’entendez pas focalisez votre attention tactile sur l’intérieur des oreilles et ça viendra. Ce n’est pas très difficile si vous maintenez votre attention sur le son, sur les gestes, l’attitude corporelle. Essayez, vous verrez !

Il a aussi les techniques de concentration sur un yantra (voir article sur "Asana – Postures de yoga"). Les yantra sont des figures géométriques stabilisantes et structurantes de l’espace mental ainsi que de l’imaginaire. Elles sont aussi utilisées pour stimuler les centres énergétiques, les chakra.

Et puis, les écoles du nâtha yoga proposent des concentrations sur des scénarios archétypaux qui sont des voyages guidés autour d’un thème dans le mental et dans l’espace énergétique. Un peu comme si à travers le mental on visitait des espaces énergétiques. Les scénarios de ces concentrations nous font circuler au cœur de nous-mêmes et nous font oublier le corps pour n’être plus que dans l’énergie, les chakra, l’espace mental, la pensée, les images, les sons.

Ceci produit une profonde détente, procure de la joie et plein de saveurs. Le corps est un véritable « entrepôt » des tensions nerveuses, mentales et émotives. Si on le fait « disparaître » quelques dizaine de minutes régulièrement il sera possible d’évacuer les tensions récurrentes de la vie et de l’histoire personnelle qui s’y stockent. Ces tensions éliminées grâce à la concentration rendront nos pensées stables et apaisées.

Pour se résumer apprendre à se concentrer c’est apprendre à réduire d’abord les flots des pensées qui coulent en nous et qui nous agitent. Dans un deuxième temps c’est apprendre à sélectionner et à choisir nos pensées. Ceci diminue considérablement l’agitation intérieure en éliminant celles qui sont en rapport avec nos peurs et nos doutes. Parallèlement les techniques utilisées dans la concentration génèrent les énergies appropriées. Se concentrer agit autant sur la pensée que sur l’énergie. C’est pour cela que la concentration amène une belle harmonie intérieure, génère de l’énergie et, au bout du compte, rend la vie plus facile. Il faut juste avoir de la patience, en faire régulièrement et attendre tranquillement que ça s’installe.